auto, motor et sport : étonnamment subtilement autocritique

Il est surprenant de voir à quel point même l'ancien corps central des amis à plein régime "auto motor und sport" est subtilement critique pour la voiture. Certaines choses pourraient aussi être dans le "taz" hostile aux voitures.

À mon grand étonnement, le rédacteur en chef numérique Jochen Knecht a écrit dans la Moove Letter un peu polémiquement contre les déclarations du ministre des Transports désigné Volker Wissing. Il a lancé des "bougies à fumée diesel". Knecht écrit : « Qu'il est Avocat pour les automobilistes voit, n'est basé que sur l'interprétation des collègues du SPIEGEL, son approche consistant à réduire la taxe sur les véhicules pour les véhicules diesel afin de compenser au moins partiellement les charges des prix actuels de l'énergie, mais comme prévu, provoque beaucoup de frustration parmi le reste des feux tricolores. "

Bonjour, Herr Knecht, ce n'est pas vrai ! Wissing n'a pas lancé cette « bougie fumigène » pour compenser les prix élevés du carburant, mais pour compenser la taxe plus élevée sur les véhicules diesel. Contexte : Une directive de l'UE demande un alignement des taxes sur l'essence et le diesel. L'affirmation de Wissing est donc absolument justifiée, plausible et en fait logique. L'exigence de l'UE pour les mêmes taxes pour le diesel et l'essence ne doit pas être limitée au carburant, mais à toutes les taxes sur les véhicules, que ce soit à la pompe à essence ou au système moteur. Knecht qualifie la demande de Wissing de « populisme bon marché ». Je pense que c'est malhonnête.

L'estimé collègue a cependant raison de dire que l'augmentation du diesel d'environ 1 centimes pour les conducteurs fréquents due à partir du 2022er janvier 18 ne peut pas être compensée par une réduction de la taxe sur les véhicules. Mais : Le journal culte sur la mobilité individuelle a récemment montré à plusieurs reprises des signes de virage vers la gauche-verte critique à l'égard de l'industrie automobile. La seule chose qui manque est que l'équipe éditoriale de l'ams s'abstiendra à l'avenir de faire des essais avec des moteurs à combustion fortement motorisés afin de tester le CO de l'ams.2-Réduire l'empreinte.

Même la rédactrice en chef Birgit Priemer, que j'apprécie aussi beaucoup pour sa compétence, critique soudain durement l'industrie automobile allemande, dont la Motorpresse-Verlag a largement profité depuis sa création. Priemer critique le fait que les élites financières et dirigeantes du monde se soient rendues à Glasgow en jet privé pour le sommet sur le climat. Ils pourraient - selon Primer - apporter leur contribution : ... "en renonçant aux yachts de milliardaires, aux maisons en abondance, aux avions privés ou aux excursions douteuses dans l'espace". Cela se lit comme la critique constante du système des conditions sociales dans le « taz ». Et plus loin : "Nous tous, les gens de la base, devons contribuer par notre comportement à maintenir l'équilibre de la terre."

Alors, s'il vous plaît, finies les voyages insensés dans l'espace, finis les avions privés, finis les yachts et finies les maisons individuelles. Cela ressemble un peu à de la lutte des classes...

Mme Priemer ne peut rien faire avec l'argument du constructeur automobile selon lequel ils vendent ce que les clients veulent : « Asseyez-vous, six, vous voulez appeler de nombreux gestionnaires de voitures très décorés. » (Où sont-ils ?) Et plus loin : « Pile à combustible, Des carburants électriques et des voitures électriques attrayantes qui plaisent aux clients - nous aurions pu avoir tout cela bien plus tôt. Et, soit dit en passant, ce sont toujours des entreprises allemandes comme Daimler, VW et BMW qui auraient pu être en avance sur ces technologies. La finale a été décidée par d'autres. Toyota avec des piles à combustible, Tesla avec des voitures électriques. »

Le rédacteur en chef se trompe ici : la finale est loin d'être terminée. Attendons voir. Et tenons-en au fait que les clients peuvent acheter ce qu'ils veulent. Qu'il s'agisse de diesel, d'essence, de carburant de synthèse, de voiture à pile à combustible, d'hybride rechargeable ou de voiture à batterie.

 

 

 

Laisser un commentaire à « auto, moteur et sport : autocritique étonnamment subtile »

Laisser un commentaire

Les adresses e-mail ne seront pas publiées.


*