Le nouveau VW Taigo : beau comme image - comme moteur à combustion d'hier ?

Standard : cockpit numérique Photos : VW

La façon dont Volkswagen doit équilibrer la mobilité électrique et les produits de combustion peut exiger le respect. Le chef du groupe VW, Herbert Diess, ne cache pas que Volkswagen doit financer la mobilité des batteries avec la vente de moteurs à combustion. Avec l'introduction du nouveau "Taigo", il devient une fois de plus clair à quel point le commutateur est contradictoire dans le monde électrique. Ou faut-il y aller ?

 

Quiconque achète aujourd'hui un nouveau moteur à essence ne sait pas s'il sera autorisé à le conduire jusqu'à la fin de la vie de la voiture. Relativement nouveaux, les diesels légaux (Euro 4 et 5) ont déjà été rétrospectivement interdits de circulation dans les rues de villes allemandes comme Stuttgart. Personne ne peut garantir aujourd'hui à un acheteur de moteur à combustion qu'il sera autorisé à conduire sa voiture n'importe où jusqu'à la trentaine.

Le nouveau Taigo, un beau mini SUV coupé avec une présence esthétiquement compressée, un grand espace et une numérisation fonctionnelle (le cockpit numérique est de série), se vendra sans aucun doute avec brio, à condition que les clients ne soient pas dérangés par le patron de VW, qui ja dit que les voitures électriques sont la meilleure solution de mobilité. Ainsi, alors que le patron de VW, Diess, encourage la mobilité électrique et ne déclare pas seulement que les moteurs à combustion sont des expositions de musée dans les talk-shows, Volkswagen Marketing et le département des relations publiques doivent se mobiliser pour le portefeuille actuel de moteurs à combustion. Un numéro d'équilibriste qui fait de la stratégie de communication un défi extrême.

Pourquoi Volkswagen vend-il encore des moteurs à combustion ?

Le nouveau Taigo fera du bien au segment des SUV compacts multisegments et rendra encore une fois difficile de dire adieu aux moteurs Otto efficaces et, en fait, parfaitement propres. Le Taigo n'est pas seulement beau à tous points de vue, il suscite également la question de savoir s'il est vraiment nécessaire de condamner la technologie de combustion. De toutes les personnes, le patron de VW, Herbert Diess, dit : oui. Mais attend de ses clients qu'ils achètent le Taigo et d'autres produits VW avec la « technologie de l'âge de pierre » (discours diffamatoire des Verts) afin de financer l'avenir des véhicules électriques. D'une certaine manière, ils ne s'emboîtent pas. Les acheteurs de moteurs à combustion sont subtilement qualifiés d'(ex) fans de la vieille école, car - si Herbert Diess réussit - tout le monde devrait acheter une voiture électrique. Si vous l'abordez très durement, la question doit être permise : pourquoi Volkswagen vend-il encore des moteurs à combustion ? N'y a-t-il pas ici un type d'hypocrisie technologique particulièrement nouveau ?

Le cockpit numérique est des photos standard VW

Le fait que VW ait particulièrement bien gagné au cours de ce premier semestre est également dû au fait que l'entreprise construit de superbes voitures. La plupart d'entre eux fonctionnent encore au diesel ou à l'essence. Depuis le début de l'année, les ventes mondiales ont augmenté de près de 23 % pour atteindre 2,65 millions de véhicules VW par rapport à l'année précédente. L'ensemble du groupe VW peut enregistrer un bénéfice avant impôts de 2021 milliards d'euros au premier semestre 11,4.

"En Europe, nous sortirons du marché des véhicules à combustion entre 2033 et 2035", a annoncé il y a quelques jours le directeur des ventes de VW, Klaus Zellmer. Aux USA et en Chine, la sortie aura lieu plus tard, en Amérique du Sud et en Asie bien plus tard. L'objectif est que 2030 % de tous les nouveaux modèles VW dans le monde soient purement électriques d'ici 70.

Le Taigo comme un concentré de designs charismatiques

Je m'éloigne du vrai héros de cette histoire, le crossover conçu au Brésil et déjà commercialisé là-bas sous le nom de « Nivus ». Il réalise une nouvelle fois le credo de la « démocratisation du progrès technologique ». En fait, nous trouvons ici des fonctionnalités qui n'étaient disponibles que dans le segment de prix supérieur il y a quelques années : cockpit numérique standard, phares matriciels à LED IQ.Light, détails d'éclairage fascinants tels que la barre transversale lumineuse de la calandre. En option, l'assistant IQ.DriveTravel, absolument recommandable, maintient votre distance et transmet les limites de vitesse au régulateur de vitesse automatique via la reconnaissance des panneaux de signalisation et freine en conséquence. Le système permet une conduite partiellement autopilotée jusqu'à 210 km/h.

Le Taigo apparaît comme le concentré concentré d'un design charismatique. L'œil se coince dans toutes sortes de recoins car rien dans le taigo ne semble ennuyeux.

Le SUV coupé de 4,27 mètres de long est proposé (pour l'instant ?) exclusivement avec des moteurs essence trois et quatre cylindres de 95, 110 et 150 ch. Il reste à déterminer si une version hybride sera ajoutée ultérieurement. En aucun cas il n'y aura de diesel, entend-on. Les prix commencent à moins de 20.000 XNUMX euros et les ventes devraient démarrer dans quelques semaines.

 

 

 

 

Laisser un commentaire à "Le nouveau VW Taigo: beau, - comme moteur à combustion d'hier?"

Laisser un commentaire

Les adresses e-mail ne seront pas publiées.


*