VOLTSWAGEN AG n'existera pas

Partout dans le monde, les services de presse des constructeurs automobiles ont une belle coutume de proposer des poissons d'avril. Parfois, ils font rire, parfois ils tournent mal. Avec le changement de nom supposé en "Voltwagen", VW a frappé dans le mille en Amérique du Nord: presque tout le paysage médiatique est tombé sous le coup du bâillon, qui, cependant - et qui a rendu la classification difficile - avait fui deux jours plus tôt.

Dans le communiqué de presse rédigé par des professionnels, le patron de VW USA, Scott Keogh, a déclaré: «Nous pouvons remplacer le K par un T, mais notre engagement à construire les meilleures voitures de leur catégorie - pour leurs pilotes et pour les gens du monde entier ne changera pas. »Et Keogh a ajouté:« Ce changement de nom est un clin d'œil à notre passé en tant que voiture pour le peuple - et une expression de notre ferme conviction que notre avenir consiste à être la voiture électrique pour le peuple. »

Alors que les forums Internet vibraient et que les experts de la marque prenaient déjà position sur l'actualité sensationnelle, le groupe se tenait dans un silence élégant. Les demandes de presse ont reçu une réponse évasive - une invitation, peut-être à faire un peu plus de recherche. Celui qui a fait cela, par exemple le journaliste américain Bozi Tatarevic, a découvert, par exemple, que VW n'avait en aucun cas obtenu les droits sur ce nom de modèle.

Le terme «Voltwagen» est également apparu sur le site client américain, et il est toujours là. Car il ne s'agit pas seulement d'une blague d'avril, mais aussi d'une campagne marketing destinée à souligner la stratégie d'électrification du Groupe. Néanmoins, VW l'a maintenant précisé: bien sûr, les voitures s'appellent toujours Volkswagen. Après tout, c'est toujours l'une des marques les plus fortes de tous les temps.

Pendant ce temps, des troubles ont éclaté parmi les journalistes tombés sous le coup de la blague du poisson d'avril: VW avait «menti», indigné le site The Verge. Le Washington Post a trouvé un professeur de communication qui a décrit l'action comme "insipide", tandis qu'un magazine spécialisé a jugé que la blague du poisson d'avril était "mal appliquée". L'agence de presse Reuters a fait état de "critiques dans les médias sociaux" pour le "communiqué de presse trompeur". Et le bon vieux «auto motor und sport» évoque même un «désastre de relations publiques».

Il est un peu plus facile de comprendre de telles réactions sans humour quand on considère le problème énorme de crédibilité des médias. Quiconque s'élève au-dessus des «fausses nouvelles» ne doit pas se laisser berner par une blague du poisson d'avril. Pas même quand il a fait aussi bien que celui-ci. (ampnet / Jens Meiners)

 

Laisser un commentaire à "VOLTSWAGEN AG n'existera pas"

Laisser un commentaire

Les adresses e-mail ne seront pas publiées.


*