Jens Meiners commente: "Le DUH se gêne avec le Mercedes-Benz GLS"

Vice-présidente du DHU Barbara Metz Photo: Auto-Medienportal.Net/René Lamb Fotodesign

On dirait un boulot à la maternelle, le vautour orange sale avec une collerette qu'un employé du service de sécurité du groupe Daimler a dû recevoir le matin du 12 août. Barbara Metz y est apparue, directrice générale adjointe de l'association d'alerte Deutsche Umwelthilfe, accompagnée d'un groupe d'employés masqués.

Le prix esthétique «Golden Vulture 2020» est décerné au Mercedes-Benz GLS, qui aurait été nommé «SUV urbain le plus écologiquement insensé» par «18.000 39 consommateurs». C'est un nombre étonnamment élevé qui n'a pas encore été reflété dans les retweets et les commentaires: après deux jours, le message original sur le compte Twitter du club n'a pu enregistrer que 31 retweets, dont 92 sans autre commentaire; seuls 7 utilisateurs de Twitter dans le monde ont valu aux nouvelles un «j'aime». Le Mercedes-Benz GLS, bizarrement surnommé «SUV de ville», un véhicule qui célèbre son plus grand succès aux États-Unis, où il est un véhicule remorqueur et spacieux La berline longue distance profilée - a pu s'imposer contre une concurrence illustre: le DUH avait présélectionné le BMW X7 dans toutes les variantes pour le pilori, l'Audi QXNUMX uniquement dans la variante hybride rechargeable, le Range Rover Sport uniquement dans la variante SVR et la ligne d'équipement Aventura pour la Volkswagen Amarok, qui ne peut plus être commandée.

Commentateur Jens Meiners

Les photos de la présélection servent de preuve de compétence de l'association: seul le X7 est présenté dans sa forme actuelle; Un modèle pré-lifting est montré sur l'Audi Q7, et même le prédécesseur sur le GLS, et évidemment, seule une photo d'un objet de réglage pourrait être trouvée de l'Amarok. Au lieu du Range Rover Sport, la série complètement différente du Range Rover est présentée. Les dimensions des véhicules sont données avec les rétroviseurs extérieurs, méthode inhabituelle, et les rédacteurs GLS - conformément à l'illustration - s'indignent de la consommation de la variante AMG du modèle précédent. Les allégations trompeuses vont plus loin: pour pouvoir entrer dans un lave-auto normal, le «Stadtpanzer» et le «Monster SUV» GLS doivent «replier ses roues» - une déclaration incorrecte.

Enfin, les SUV sont généralement appelés «tueurs climatiques», car «le moteur à haute puissance (principalement diesel) assure une consommation élevée et une quantité proportionnellement importante de CO2 est rejetée dans l'atmosphère». Plus qu'avec un moteur à essence? Dans l'ensemble, les déclarations de la soi-disant aide à l'environnement sont si pleines de déclarations trompeuses ou fausses qu'il serait utile de les vérifier pour leur capacité à émettre un avertissement.

De toute évidence, les observateurs savent à quel point ce «prix» est absurde. En vérité, le Mercedes-Benz GLS est un véritable miracle d'efficacité. Prenons le GLS 400d: non seulement il offre de l'espace pour sept personnes et peut tirer 3,5 tonnes, mais dans le cycle d'essai NEDC, il n'a besoin que de 2,5 à 7,1 litres de diesel aux 8,1 kilomètres malgré un poids à vide de 100 tonnes. Pas étonnant qu'il ait été classé dans la classe d'efficacité A. Et donc un autre modèle d'explication pour le choix étonnant vient à l'esprit: alors que l'aide environnementale est dans l'argent - en partie des activités d'alerte, en partie des ministères - les «18.000 84.744 consommateurs Consumers », qui a lié le GLS au pilori du DUH, apparemment très sensible à l'insigne de distinction sociale. Et cela inclut un SUV, au prix de revient de XNUMX XNUMX euros. Cela doit combler le lien d'amertume que Daimler a élargi à la hausse le programme de livraison du GLS, alors qu'il avait appelé à "arrêter la production de SUV et de véhicules tout-terrain particulièrement dommageables pour le climat (sic) et de retirer les modèles de la gamme de produits".

Maintenant, la série est couronnée par une version haut de gamme luxueuse. Il porte le beau nom de Mercedes-Maybach GLS 600 4MATIC, alors peut-être que Daimler devrait garder le vilain trophée au sous-sol jusqu'au prochain tour du rituel d'envie au lieu de s'en débarrasser directement de manière écologique. Ensuite, Mme Metz peut sauver le voyage chargé de CO2 de Radolfzell l'année prochaine si nécessaire. (ampnet / jm)

Laisser un commentaire sur "Jens Meiners commente:" Le DUH s'embarrasse avec le Mercedes-Benz GLS ""

Laisser un commentaire

L'adresse e-mail ne sera pas publiée.


*

*