Parce qu'ils ne savent souvent pas ce qu'ils disent

Formule 1 - Mercedes-AMG Petronas Motorsport, Grand Prix de Styrie 2020. Lewis HamiltonFormule 2020 - Mercedes-AMG Petronas Motorsport, Styrian GP XNUMX. Lewis Hamilton

Le PDG de Daimler, Ola Källenius, n'est pas le seul à avoir le mot le plus mal compris en allemand. Lorsqu'on lui a demandé d'expliquer pourquoi les voitures étaient peintes en noir devant la course de Formule 1 à Spielberg, il a dit la mauvaise chose, même s'il voulait dire la bonne chose.

Daimler veut faire preuve de tolérance. Quiconque réalise que la tolérance du latin signifie en fait la tolérance comprend immédiatement que la tolérance ne peut pas être utilisée pour faire campagne contre le racisme. La tolérance, c'est quand vous «tolérez» des opinions autres que les vôtres sans avoir à les adopter. Vous pouvez (et devez) tolérer les personnes que vous n'aimez pas. Vous devez respecter et respecter tout le monde, cela ne devrait pas être une question.

Bien sûr, Mercedes, comme toutes les personnes raisonnées, se retourne contre le racisme. Mais juste tolérer les autres, c'est-à-dire les tolérer, c'est beaucoup trop peu. Si le vernaculaire peut également dériver une sorte d'égalité du terme tolérance, cela ne change pas l'utilisation incorrecte de ce terme.

Initiée par la star de Formule 1 Lewis Hamilton, l'équipe de Formule 1 de Mercedes a dépassé la première classe de sport automobile en matière de lutte contre le racisme. Quiconque connaît l'histoire de la vie de Hamilton sait qu'il a souffert de racisme lorsqu'il était enfant. Comme il le dit, il a été victime d'intimidation lorsqu'il était enfant et adolescent à cause de sa couleur principale. Ces blessures profondes ont peut-être guéri il y a longtemps, mais les cicatrices restent une raison suffisante pour que Lewis s'exprime dans le cadre du mouvement Black Lives Matter. En fait, un slogan raciste, parce que les groupes ethniques asiatiques et autres sont ignorés? Un manifestant portant le signe "All Lives Matter" a été passé à tabac, bien que sa condamnation ne puisse pas être mise en doute.

Lewis Hamilton appelle à plus de femmes en Formule 1

Que Hamilton critique dans une interview que vous n'entendez rien des autres équipes de Formule 1 dans ce sens est hors de propos. Il n'y a certainement pas d'équipe dans laquelle les racistes ont quelque chose à dire. Et le genou démonstratif de Toto Wolff me semble plus dû aux relations publiques qu'à la conviction honnête que quelque chose peut être changé avec. Être contre le racisme est en fait si évident que de tels rituels ne devraient pas être nécessaires.

Notre hymne européen est-il hostile aux femmes?

Pourquoi Hamilton exige maintenant qu'il y ait plus de femmes en Formule 1, ça sonne bien. Et il a raison. Malheureusement, quelques femmes ont déjà échoué dans ce sport physique de haute performance. Certainement pas parce qu'ils n'auraient pas été recherchés là-bas. On peut également se demander pourquoi des équipes mixtes de femmes et d'hommes ne jouent pas en Bundesliga dans le cadre de l'égalité des droits.

N'exagérons-nous pas si nous remettons tout d'un coup en question? La discussion de savoir si une «Mohrenstrasse» est raciste et doit être renommée ou si un monument à Columbus doit être renversé me semble être complètement erronée comme un opportunisme de gauche-vert. J'attends juste la demande de réécrire l'hymne européen. Parce que cela signifie tout sauf des femmes politiquement correctes et méprisantes: "... tout le monde devient frère".

Laisser un commentaire à "Parce qu'ils ne savent souvent pas ce qu'ils disent"

Laisser un commentaire

L'adresse e-mail ne sera pas publiée.


*

*